lundi 22 septembre 2014

[Archive Turquie 2013] Demeti, Istanbul


Mon expérience stambouliote la plus mitigée fut peut-être celle vécue au Demeti ce 10 juillet 2013.
Situé dans une petite rue parallèle en bas de la Sıraselviler Caddesi, le Demeti est un joli restaurant appartenant à un hôtel d'apparence chic mais sans prétention particulière.


Le lieu n'est pas forcément facile à trouver et demandera un peu de patience à tourner dans les rues bondées pour arriver à destination.


Tout juste la porte franchie que l'on fait face à une cuisine ouverte sur un couloir menant à deux salles différentes. Dans la salle joliment décorée de miroirs et de nombreuses vieilles photos, plusieurs petites tables s'accumulent, joliment et simplement dressées d'une nappe jaune à pois blancs et couverts communs, le verre de rakı prêt à servir. La salle ouvre sur une petite terrasse de 4 tables qui permet aux chanceux de jouir d'une vue splendide sur le Bosphore tout en mangeant. Je suis accueilli avec professionnalisme par un serveur qui semble extrêmement fatigué, et voit que sa collège manque également d’énergie ; c'est deuxième jour de Ramadan, ils sont sans doute en souffrance.





De l'eau m'est immédiatement apportée ainsi que la carte. Le lieu est une meyhane et propose une cuisine donc essentiellement de taverne, basée sur des mezzés chauds et froids et quelques viandes et poissons en plats principaux (avec une préférence pour le poisson) et surtout un bon choix d'alcool.


Tout est appétissant et j'ai grande peine à me décider. Quand je crois avoir fait un choix et l'énonce à mon serveur, il m'annonce que tout est en rupture pour ce soir. En effet, j'arrive relativement tard, à l'heure où le soleil se couchait, car je préfère avoir un rythme de local plutôt que de touriste.

Après pas mal de discussion et de recommandations, je porte mon choix sur un assortiment de trois mezzés en demi-portion qui sera suivi d'un plat.

Me sont apportés un panier de pain grillé et des olives de belle qualité, puis arrivent les plats.


Hors carte, une spécialité d'Iznik dont est originaire le chef, des piments biens relevés présentés en salade dans un yaourt épais et frais et nappé d'huile d'olive. C'est frais et puissant tout à la fois, c'est excellent.


Puis une salade de persil plat au boulgour et noix, agréablement augmentée de tomates, c'est très joliment parfumé et très plaisant.


Enfin une entrée chaude, des köfte de poisson dodues, moelleuses et croustillantes et tout à fait savoureuses.


En plat, je cède au bar grillé. Présenté levé en quatre filets, la portion est généreuse, le produit d'extrêmement bonne qualité et travaillé avec justesse servi avec salade, citron et oignon, avec lequel je me laisse aller à l'envie d'un rakı, un simple verre de Yeni rakı. Je passerai le dessert pour deux raisons, j'avais assez mangé et le service était purement inatteignable.


J'ai extrêmement bien mangé et la qualité est présente. Côté cuisine, c'est une réelle réussite et une table très recommandable. Malheureusement, c'est le côté service qui pêchait. Tous deux semblaient épuisés et surmenés, n'étaient pas des plus agréables de contact et étaient difficiles à appeler. De plus au moment de demander l'addition, je remarque des problèmes dans le prix avec tous mes mezzés comptés comme des portions entières alors que j'en avais commandé des demis. Au final le prix s'est décidé à la négociation, ce qui ne fut pas très agréable. C'est un peu dommage car mis côte-à-côte, ce sont des coquilles qui coupent le plaisir d'une soirée et vont automatiquement changer le ressenti final, bien que l'on soit patient et conscient que nous vivions le deuxième jour de Ramadan.

Bon je paie mes 65 TL et pars, en voulant garder à l'esprit les saveurs excellentes que j'ai dégustées et biffer de mon esprit les éléments en-dessous pour pouvoir néanmoins recommander cet établissement.

Şimşirci Sok. 6/1
Cihangir İstanbul
Région de Marmara, Turquie