samedi 15 mars 2014

Un tartare printanier

10 mars, on r'garde dehors et c'est Pâques.
Soleil, température, fleurs et oiseaux se sont donnés de mot, l'hiver a cédé (s'il est seulement arrivé) et le soleil nouveau peut briller.


Cela donne des envies de fraîcheur et de légèreté, de profiter de saveurs délicates et parfumées.


Un p'tit tartare donc, qui me permet de donner un exemple de recette sur ce délicieux ail noir présenté dans mon précédent post.


Un tartare « retour des beaux jours » (pour un bon mangeur)


150-200 gr. de boeuf
100 gr. poireaux
100 gr. pleurotes
10-20 gr. ail des ours
5 gr. gingembre
5 gousses d'ail noir
du piment (facultatif)
de la sauce teriyaki
du poivre sansho










Commençons par le seul élément « cuisiné », la pleurote. L'émincer en petits cubes et les faire légèrement revenir à la poêle bien chaude avec une petite pincée de sel. Réserver dans un bol.


Couper le poireau en fines lamelles et ciseler l'ail des ours pour les réserver dans des bols. Détailler l'ail noir en petit carrés (attention, c'est très délicat) et réserver.


Trancher finement la viande au couteau (idéalement). Dans un saladier, mêler les ingrédients mis en place et bien mélanger.



Ajouter le gingembre finement râpé, du piment, un peu de poivre sansho et une bonne cuillerée de sauce teriyaki (préparée maison, simplement en laissant réduire de moitié une quantité égale de soja, mirin et saké (100 ml. de chaque) avec une cuillère à soupe de sucre), bien mélanger et servir aussitôt.


Je me suis amusé à faire jou-jou avec le dressage, en utilisant du chou frisé et les restes de la mise en place... on s'amuse comme on peut ! En tous les cas, cela s'est avéré délicieux et complet en saveur, avec un ail noir apportant une note aromatique toute particulière, bien balancée avec le piquant de l'ail d'ours et l'acide du gingembre et du sansho. Miam !