lundi 12 janvier 2015

Chakra, Londres


Il est connu de tout un chacun que les histoires anglaise et indienne possèdent une bonne part de sentiers communs.
Comme témoin moderne (entre autre) de cette relation de longue date, le nombre de ressortissants de populations indiennes ou encore pakistanaise notamment se trouvant en Grande-Bretagne avec pour destination favorite Londres dans laquelle ils s'adonnent à toutes les activités mais où ils ont su importer leurs traditions culinaires (au pluriel, oui), couleurs, parfums. Cela devient du coup presque anathème de de ne pas aller (re-)découvrir cette cuisine lors d'un séjour londonien, sa tradition, ses saveurs.

On me voit encore une fois venir à dire que c'est « mieux ailleurs ». Et je répondrai « globalement sans conteste ». Naturellement, comme partout, à Londres, il y a du bon et du moins bon, mais il semblerait généralement qu'au moins il y ait de l'authenticité dans l'assiette et au diable l'édulcoré.
Oui, le nombre de restaurants indiens n'a cessé de croître par chez nous ces derniers temps. Certes, ils offrent globalement une ambiance, une découverte de la musique, de Bollywood vu qu'il y a presque toujours une télé, et un aperçu de tradition culinaire. Ce n'est généralement pas mauvais, j'y vais de temps à autres, car il y en a qui font bien leur travail à leur échelle avec leur façon de faire. Le public suisse est peut-être plus difficile à séduire qu'ailleurs, je ne sais, mais même les « meilleurs » de nos contrées sont à mon sens diablement pauvres, essentiellement concernant les mets végétariens qui pourtant sont foison en Inde (on se met enfin à trouver un peu de paneer), vont étonnamment proposer du bœuf à toutes les sauces qui ne seront qu'anecdotiques au-delà d'un Tikka massala ou d'un Tandoori (qui ne sortira que rarement d'un tandoor, mais faut pas en d'mander tant non plus;-)), ou encore vont utiliser des épices en poudre et en pâte de commerce sans-même trop les retravailler. Une richesse dans le choix d'établissement qui ne traduit pas la richesse de cette cuisine, malheureusement. Aussi à Londres voulais-je m'attabler dans un vrai bon indien.

C'est à cette redécouverte de la cuisine indienne que je dédierai mon second repas londonien, le 27 décembre 2014 au soir. Nothing Hill, quartier à l'ouest de la ville, un peu plus loin que le charmant et culturel Hyde Park, est un quartier que la réputation le précède pour son caractère relativement aisé dont témoignent les belles maisons victoriennes. Ce n'en est pas moins un quartier fréquenté, populaire et animé qui réunit une foule bigarrée, Londoniens et touristes, bon nombre de bars et restaurant, des terrasses et magasins.

On n'aura pas a longer longtemps cette rue avant de tomber nez à nez avec le Chakra, mon étape gourmande du soir. Un choix qui ne s'est pas fait au hasard, entre conseils avisés et lecture de revues telles que Time Out, Zagat ou Eating London ou encore de blogs qui en parlent de façon élogieuse. Visité par des stars, lieu de fêtes, je ne m'attends pas à de la musique bengalie ou autres airs de Sitar dans un milieu bariolé de mille couleurs et dorures, certes, mais assurément à une bonne cuisine dans un cadre sans doute modernisé, ce qui n'a pas manqué.


Parlons-en du cadre ! Passée une porte discrète, j'arrive dans un hall digne d'une salle d'attente chic, accueilli à un guichet, je suis dirigé dans un canapé confortable en cuir d'un blanc virginal, quelques magazines sur une table devant et un très beau bar, également rembourré de cuir blanc. J'en profite pour apprécier le cadre.


Un sol sombre met en valeur les meubles qui sont tous de confortables fauteuils ou banquettes de cuir blanc, de-même que les murs qui sedisputent les même allures blanc-rembouré s'ils ne se contentent pas de la peinture blanche. Au plafond, des spots doux encadrent une allée de lustres dégageant une lumière dorée et tamisée. Au bout d'un couloir, le blanc cède au brun sombre tant pour les meubles et pour les murs, à défaut d'une paroi habitée par un long miroir. C'est vraiment très élégant.
On profite également d'observer le ballet des serveurs qui ont troqué l'habit traditionnel pour un complet décontracté, tandis que la musique oscille entre du lounge, de la musique indienne modernisée aux teintes électro, jazz, trip-hop...



Ma table est prête et on me mène dans la salle du fond. La carte m'est présentée et je ne peux qu'apprécier le choix extrêmement bien fait, très équilibré entre le végétarien et le non-végétarien (où agneau et poulet ont la part belle, mais également le canard notamment). Le discours est traditionnel mais très clairement raffiné sans dénaturer et c'est là manifestement le style de Andy Varma, le chef des lieux. La carte des vins n'est pas en reste, proposant une sélection de taille raisonnable et de belle qualité à prix tout à fait correct.

Le choix sera comme à l'accoutumée d'une grande difficulté. Pour m'aider, je prends un cocktail, le « Chakra Spice », composé de tequila, menthe, lime, limonade et (mon amour du piment me perdra) chili. Cela donne un mélange frais, explosif, bien équilibré en alcool, c'est très agréable.


Une chose m'est très vite apparue comme très claire, ce soir, je ferai végétarien, et le choix est fait.

Pour patienter, je reçois un petit amuse-bouche joliment présenté dont je n'ai pas saisi le contenu. Il s'agissait au goût d'une préparation de pois réduit en purée, façonnée en galette puis grillée. C'est mou, assez gourmand, aux épices innombrables mais sans dénaturer le goût du pois, avec une petite goutte d'une sauce onctueuse à la coriandre et deux nappées de sauces au poivrons jaune et rouge. Une partie de mon entrée me rappellera cet élément et me donnera la variété de pois dont il s'agissait (j’étais juste certain d'une chose, ils n'étaient pas « chiches ».


En entrée, je choisirai le « Lucknowi Platter » sous-titré « a vegetarian delight » et dont la description voit les mots « kebab » ou encore « chich ». C'est très intéressant à la lecture et le résultat est concluant.
Trois galettes côte à côte, l'une à base de haricots « black eyes », une version plus grosse de mon amuse-bouche, ce qu'à la commande je ne savais, bien-entendu, pas, mais cela ne m'a pas déplu. La seconde galette était composée de purée de butternut et a été traité avec des épices plus douces et chaudes, avec des notes de graine de coriandre plus prononcée, enfin la troisième galette était à base d'épinards surtout parfumée à la muscade. De-ci, de-là, des pousses de pourpier et une traînée de pinceau d'une sauce sombre au goût poivré-pimenté qui donnait de la couleur et du relief à l'assiette. Une très bonne entrée.


J'ai poursuivi en plat avec le « Baingan Ka Bharta », spécialité du Penjab composée d'aubergine rôtie tandoori, parfumée essentiellement au gingembre et oignon. C'est une préparation assez étonnante déjà en texture. Si d'aspect on pense « caviar d'aubergine », il y avait quelque chose d'aéré, légèrement émulsionné d'une grande richesse et profondeur gustative entre les reliefs aigus des épices (très légèrement relevées mais subtilement), la fraîcheur du gingembre et l'oignon cuit suffisamment pour développer son petit goût presque sucré caractéristique. L'ensemble paraît gras mais cela ne laisse pas cette impression en bouche. C'est vraiment bon.


J'ai pris en guise de « side » un « Vegetable Biryani » (un side qui a eu l'aspect amusant de coûter plus cher que mon plat ou mon entrée), probablement mon meilleur riz indien dégusté à ce jour. Un riz parfumé d'une très grande finesse et à la cuisson parfaite augmenté de légumes frais (chou-fleur, carottes, pommes de terre notamment), savoureux en épices douces, une sauce de type « curry » appelée « korma ».


J'ai tout de même goûté à un « butter naan » que l'on m'a servi avec une sauce au yaourt. Il est très bon et bien réalisé, quoique j'aurais pu m'en passer.


Ce fut un repas vraiment excellent, riche d'épices, de saveurs, de très belles préparations qui ne cherchent rien à cacher des parfums d'Inde. Si je devais souligner un bémol (au-delà du caractère addictif de la nourriture), c'est qu'il y a peut-être deux grains de sel en trop, mais rien de dénaturant. Cela m'a juste poussé à commander deux grandes bouteilles d'eau au cours de mon repas.

La carte des desserts, même elle, est intéressante. Je m'abstiendrai, toutefois, la faim manquant. On m'apporte alors une lingette de la taille d'un dé à coudre, on verse de l'eau chaude dessus, elle quadruple de volume et m'offre de quoi me rafraîchir. On m'offre une quenelle de glace au citron vert et c'est parfait. L'addition se montra au final à 52.48£.

C'était vraiment un excellent repas, une belle découverte de la cuisine indienne dans un environnement presque improbable au vu des habitudes que je pouvais avoir, un service aux petits oignons et beaucoup de plaisir.

157-159 Notting Hill Gate
London W11 3LF
Grande-Bretagne