samedi 26 octobre 2013

Une chasse toute simple

C'est la saison, elle est courte, y faut en profiter...
Alors voici encore une recette de chasse !


J'ai laissé le produit très simple ce coup-ci. En réalité ce n'était même pas l’origine de la conception de ce plat.


Pour la petite histoire, j'avais du bon raisin chasselas qui commençait à tirer la tête sans son plateau. En soi, c'est un réflexe, si j'ai des fruits qui commencent à regarder vers l'ouest, hop, à la cocotte, on en fait une compote ! Pour un emploi salé ou sucré, on s'en fiche, le temps de cuisson laisse l'opportunité de réfléchir.


J'ai donc pris ma grosse cocotte, balancé mon raisin soigneusement nettoyé (env. 500 gr), coupé un bon coing (environ 200 gr.) dedans, arrosé de jus de citron et paf (ça fait des chocapic), couvert, au four à 120 degrés, on oublie pendant 4-5 heures.
Évidemment, le raisin, ça a des pépins. On peut certes les garder, mais cela nuit clairement à la dégustation. Alors la compote, on la passe au tamis (à trous assez large) pour éviter de croquer un bon pépin d'amertume au cours de la consommation... et après on réserve en pot.


Pendant ce temps, j'ai eu l'occasion de réfléchir à ce que je voulais me faire et c'est vrai qu'une petite chasse, avec cette compote, me tentait bien. Quelques pommes sautées et légumes et on y est, c'est tout simple, c'est tout bon, et c'est là !


Recette de chasse simple

150 gr. de filet de chevreuil
2 pommes de terre moyennes
1 oignon
1-2 gousse d'ail
Des légumes selon envie (ici, j'ai opté pour des choux de Bruxelles et du chou fleur)
De la compote (ou une marmelade, maison ou pas, ici ce sera ma compote de chasselas et coing)
1-2 c.c. d'huile de graine de courge
1 c.s. de vinaigre balsamique blanc
1-2 pincées de baies roses
Sel-poivre







D'abord, les pommes de terre. Je ne résiste pas à l'envie de présenter mon outillage bien suisse, ma râpe à roestis. Si ce dernier m'est certes passé dans le coin de la tête, j'ai préféré user de la mandoline au centre.
Donc avec la mandoline, trancher de fines lamelles de pomme de terre (avec ou sans peau, personnellement j'apprécie la peau qui donne un petit goût de noisette à la pomme de terre). Faire de même avec l'oignon et avec la gousse d'ail, ajouter une cuillère à soupe de vinaigre balsamique blanc, un peu de sel et bien mélanger avant de passer tout cela à la poêle. Quand ce sera doré, ce sera prêt et à réserver.























En parallèle, on plongera dans une marmite d'eau bouillante salée les légumes que l'on aura sélectionné. J'aime les choux de Bruxelles (personne n'est parfait), alors difficile de ne pas y songer quand on cuisine de la chasse. Pour varier couleurs et saveurs, j'ai mis un peu de chou fleur également. Laisser cuire très simplement jusqu'à texture désirée et réserver.


Au final, il ne reste plus que la viande à poêler, préalablement salée et poivrée. Idéalement, se contenter de la saisir à feu moyen-vif et prendre les 5 (longues) minutes pour laisser reposer à viande, elle n'en sera que meilleure !


Réunir le tout dans l'assiette, ajouter sur la viande un soupçon de baies roses et de fleur de sel et, à ses côtés, un peu de la fameuse compote que l'on aura légèrement réchauffée et à laquelle j'ai eu l'envie d'ajouter une note d'huile de grains de courge.





Il ne reste plus qu'à déguster ! Bon appétit !