mardi 19 novembre 2013

Mon "flan" à la courge




Suite à mon billet concernant la courge rôtie (pour ceux qui dormaient au fond, il est ici) m'a été demandé un exemple de recettes. Il y en a plusieurs qui me trottent dans la tête mais j'opte pour débuter simple.

Voici donc une petite idée toute bête, simple et gourmande pour un dessert doux et léger sans qu'il n'en ait vraiment l'air : il s'agit d'une sorte de flan pourtant sans lait ni oeuf ni farine, que j'ai, de plus, sucré à la stévia (plus par goût que par réticence à employer du sucre ; j'apprécie le petit goût particulier, un peu réglisse, de la stévia). Autre note, en guise de liquide, j'ai opté pour apporter la saveurs chaleureuses de l'hojicha, le thé torréfié japonais qui développe des arômes de graine, très à propos pour la recette que je propose.

« Flan » à la courge (environ 7-8 ramequins)

1 gros potimarron (ou une autre courge à chair ferme, peau fine et saveur douce) (750-1000 gr.)
600 ml. D'eau
1 bonne pincée de thé hojicha
1 c.c. de cannelle
1 c.c. de vanille en poudre
Le jus d'1/2 citron
3 gr. d'agar agar
sucre pour caraméliser






 On commence par faire rôtir le potimarron comme suggéré dans cette recette.

On laissera refroidir et on tranchera en deux pour ôter les pépins.


Mettre les pépins et le thé dans l'eau froide et porter à ébullition en remuant. Dès les premières bulles, retirer du feu et laisser reposer 5 minutes avant de passer le liquide.


Remettre l'eau parfumée sur le feu et y ajouter la cannelle, la vanille, l'agar agar, la stévia et le potimarron rôti que l'on aura débité en gros cubes.

Laisser cuire quelques minutes (l’ébullition est nécessaire) puis retirer du feu et mixer.


Remettre sur le feu un instant et mélanger au fouet le temps d'obtenir une masse liquide homogène, assez épaisse et onctueuse. Goûter et rectifier l'assaisonnement au besoin.


On portionnera enfin la masse dans les récipients que l'on trouvera, terrine, ramequins, pots en terre cuite et on laissera prendre au frais une bonne heure.


Enfin, que l'on mange à même le moule ou démoulé, on ne se refusera pas la bonne cuillerée de sucre brun que l'on caramélisera à l'aide d'un petit chalumeau.


Bon appétit !