lundi 25 août 2014

La Molisana, Lausanne

Dans le thème des restaurants italiens qui offrent une image autre que celle de la sempiternelle pizza moyenne, j'ai longuement entendu parler de la Molisana. Vendredi 22 août 2014, l'envie d'une petite sortie sera l'occasion de pénétrer ce lieu.

Notons au passage que si une fois ce billet lu vous désirez lire un autre avis qui est clairement de qualité, allez jeter un oeil à la revue d'Hedofoodia qui vaut le détour.

Sis avenue de Tivoli, légèrement excentré par rapport au centre-ville, la Molisana est un restaurant qui a su se faire une place sur la scène culinaire lausannoise. L'équipe qui s'y trouve est là depuis déjà plusieurs années et est parvenu, contrairement à ses prédécesseurs qui se sont succédés sans grand succès, à véritablement attirer le public. Bien plus qu'une pizzeria, la Molisana propose une cuisine fraîche, travaillée et généreuse et est plutôt sur une thématique de trattoria.

Nous entrons dans un lieu plaisant, précédé d'une petite terrasse protégée de la route adjacentes par une palissade habillée de plantes. Un piano à l'entrée et en face, un bar où s'active une équipe souriante et attentive. Que l'on regarde à gauche ou à droite, on remarque que le vin a une place de choix en ces lieux. Un peu partout, des tables de bois de toutes formes et de style différents, chaises parfois de bois rembourrées, parfois en osier, dressage des tables simples et murs aux couleurs chaudes offrent une atmosphère agréable et chaleureuse. Nous sommes très vite accueillis et menés à notre table à laquelle le patron nous saluera.






À peine assis qu' un petit amuse-bouche nous arrive, deux tranches de pâte à pizza couronnée de lamelles d'oignons. Cela nous permet d'apprécier légèrement le travail de la pizza qui, en tout cas au niveau de la pâte, est excellente. Notons qu'il est toujours agréable d'être accueillis avec de la nourriture.

Grignotant cela, tout en consultant la carte, nous sirotons pour l'un, un verre de rosé italien (dont je n'ai pas eu la référence) ai un verre de Falanghina Roccamonfina I.G.T, Telaro 2012, vin de vieux cépage italien (dans lequel les latinistes et antiquisants reconnaîtront peut-être le « Vin de Falerne »), de couleur jaune franc aux parfums d'agrumes, très rafraîchissant.

La carte est plutôt celle d'une trattoria. Certes, le restaurant propose des pizza, sans que le choix ne soit trop long, mais on trouvera surtout un beau choix d'entrées variant salades, fritures, tartares et carpaccios, des petites choses à grignoter, risotti, pâtes fraîches et sèches appétissantes, viandes et poissons sélectionnés et travaillés soit sur des thématiques classiques ou plus inventives. Ça sent le frais et à voir les plats servis alentour, tout à l'air des plus gourmand. Notons un choix bien fournis de vins essentiellement italiens qui sauront satisfaire tout un chacun.

On fait notre choix et on attend un instant pour que notre vin nous soit servi, un Malvoisie Noire Salento I.G.T, Vignenti del salento 2012 aux tanins souples et fruits éclatants de très belle qualité, servi au verre (4dl seront consommés).
Une carafe d'eau en plus, et une San Pellegrino.

Arrive de-même une corbeille de pain dont l'allure et le goût ne trompent pas : il est fait maison, cuit au feu de bois et de belle facture. On saluera cela, car du bon pain, qui plus est maison, c'est pas si évident d'en trouver au restaurant !


Les entrées se choisiront sur l'idée du raisonnable :

Pour ma convive, une salade verte, pour moi une salade mêlée. Si généralement on a quelques feuilles plus ou moins fatiguées au fond d'une assiette, c'est pas la mentalité de la Molisana : l'assiette de verte est servie généreusement, juste augmentée d'un peu de fenouil émincé, tandis que la mêlée est encore plus copieuse, garnie de carottes, tomates, fenouil et verte. Toutes deux sont arrosée de vinaigre de vin rouge, d'huile d'olive de bonne qualité et d'un peu de balsamique.



En plat, il y aura à table d'une part un « Filet d'espadon à la vinaigrette d'estragon, risotto au safran ». Le filet d'espadon, théoriquement servi mi-cuit (heureuse idée), a été demandé à point, et il a été servi tel. Goûtant dans l'assiette de ma convive, j'ai été surpris que le poisson ait été bel et bien cuit à point et néanmoins garde une grande tendreté (généralement, tout comme le thon, on ne sent presque plus que la fibre du poisson, ce qui n'est pas toujours agréable). La vinaigrette à l'estragon est acidulée juste ce qu'il faut et riche en saveurs. Le risotto, lié au mascarpone, est très bien réalisé ; on sent encore le grain sous la dent et les saveurs sont là. Jolie assiette.


Pour ma part, je céderai à quelque chose que j'adore et néanmoins fort peu pratiqué dans les restaurants, le poisson en croûte de sel. Voici donc le « Loup de mer en croûte de gros sel, garniture à choix ». Le poisson est sélectionné en différent calibre selon le nombre de convives se le partageant. Pour un poisson portion, cela sera de l'élevage (de France, élevé en pleine mer), les plus gros étant du sauvage péché à la ligne. Ce sera donc de l'élevage, mais qui était de bonne qualité.
Le patron arrive à la table avec un beau plat, brise la croûte de sel (très proprement, pas comme à la maison) et lèvera les filets avec une très grande dextérité, sans-même laisser une arrête. Puis, il ajoutera un peu de gros sel sur la chair délicate et un trait d'huile d'olive. La chair du poisson est tout à fait excellente, l'huile de qualité et le gros sel sublimant tout en simplicité ce plat. Avec cela, des patates natures et des légumes grillés (poivron, aubergine, courgette) fort bons.



A entrée légère, final gourmand.
Nous nous sommes partagés les deux desserts qui nous intéressaient le plus, à savoir la « tartelette aux framboises, glace caramel », une belle tartelette de pâte sablée de bonne qualité surmontée d'une bonne portion de framboises bien mûres juste saupoudrée d'un peu de sucre glace. Une pâtisserie tout en gourmandise et fraîcheur, accompagnée d'une boule qui m'a rappelé les Mövenpick.


Et la « Panna cotta au coulis de mangue » qui en réalité sera au coulis de mangue et framboise faisant une assiette explosive de couleur. La panna cotta est tout à fait parfaite, riche de vanille (dont les grains sont bien présents), augmenté de vrais coulis de fruit riche en saveur bien plus qu'un vieux topping. Un final parfait.



Le tout reviendra à 161.20 CHF.

Le service est non seulement d'une grande efficacité, mais surtout inlassablement souriant et agréable, manifestement épanoui par ce travail.
Avec toutes ces qualités, on ne s'étonnera pas de voir que le lieu joui d'un certain succès auprès de toutes sortes de personnes, des réunions de familles, d'amis, repas en tête à tête ou réunions de travail, la Molisana semble faire l'unanimité. Un grand bravo à cette équipe pleine de coeur !

Avenue Tivoli 68
1007 Lausanne
Vaud, Suisse