dimanche 20 juillet 2014

A la Chotte, Romanel-sur-Lausanne


Voilà à peu près trois ans, je m'étais rendu « A La Chotte » lors d'une douce soirée de printemps pour y partager un repas entre amis. J'y avais passé au demeurant un bon repas et en garde un bon souvenir. Certes, le moi de l'époque avait trouvé quelques points à redire (voire même avait peut-être été un peu sévère dans son appréciation ; j'étais un rien pointilleux en ce temps, moins expérimenté). Ce 16 juillet 2014, à nouveau en compagnie d'un ami, nous avons décidé de partager un repas en ces lieux que ce dernier découvrais.

A La Chotte est un hôtel-restaurant sis à Romanel-sur-Lausanne et fort simple d'accès, dans une petite commune de campagne plaisante et charmante. Avec ce beau temps, nous nous sommes cantonnés à la terrasse sans vraiment jeter un oeil à l'intérieur dont j'ai un souvenir cosy et agréable avec sa cheminée centrale, ses boiseries en salle et quelques éléments de murs en pierre brute.
La terrasse se situe légèrement plus loin près du parking du restaurant, un podium surélevé bordé de verdure, des tables légères et bien dressées et au centre, un espace de terre recelant fleurs et plantes odorantes.



Le lieu est agréable et nous sommes accueillis par le patron et menés à notre table. Celui-ci, tout en nous présentant la carte, nous propose un apéro. La maison suggère une petite liste de kyrs aux différentes saveurs ; nous en commanderons deux à la pèche de vigne, doux, frais et agréable, servi avec quelques biscuits apéritifs.

En sirotant nos breuvages, nous consultons la carte dans laquelle je redécouvre l'esprit créatif et respectueux des saisons que j'avais découvert il y a trois ans. Au centre de chaque assiette, un produit que le chef, Christophe Albiero, s'attelle à respecter et sublimer dans ses préparations et accompagnements, une petite carte, promesse de fraîcheur et travail bien fait, faisant part belle aux viandes sans pour autant oublier les amateurs de poisson. Côté desserts, ils sont concoctés par le pâtissier de la maison, Paul, présentant des variations originales sur des thèmes de desserts français classiques.
En parallèle, une carte que je qualifierai « de pinte » propose des mets de fromage, des planchettes diverses et autres typicités toutes suisses. Deux menus, l'un sur la carte « resto » proposant de choisir une entrée, un plat et un dessert pour 64.- (avec supplément suivant les choix), et un menu « brasserie » proposant une assiette du terroir, une fondue à choix et une meringue glacée.

Nous constatons que la carte des vins est joliment fournie de propositions intéressantes aux prix divers et très corrects, un beau choix de vins de la région mais également d'ailleurs, laissant également un agréable choix au verre. Malheur à moi, nous avons pris au verre et j'ai omis de prendre les références exacte des vins choisis.

Nous prendrons donc le menu à 64.-.

A peine la commande est passée qu'arrive en amuse-bouche un petit gazpacho en verrine, surmonté d'une brochette d'olives et tomates confites et accompagné d'un petit toast aux herbes. On perçoit déjà un certain travail dans cet amuse bouche de belle saveur, un gazpacho très liquide mais ne manquant pas de goût, avec une forte présence du poivron, et les accompagnements sont de belle qualité.


Pour ce qui est des entrées, mon ami choisira le « Foie gras de canard « juste mariné » aux baies roses, marmelade d’abricot au basilic et son cake aux olives et tomates sèches » (comptant un supplément de 4.- au menu découverte). Une belle portion d'un foie gras manifestement maison riche en bouche dont les accompagnements sont fort bien réalisés et font tout à fait sens. Mon ami a énormément apprécié son entrée.
Entrée avec laquelle il a souhaité déguster un verre de Pouilly-Fumé.


Pour ma part, ce sera le « Le loup de mer en tartare au melon, ciboulette et tomate confite, coulis acidulé de melon et boules de pastèque » (comptant un supplément de 4.- au menu découverte). J'étais véritablement curieux de goûter à cette association de loup de mer avec le melon et la pastèque, curiosité tout à fait récompensée. A nouveau une jolie assiette plutôt copieuse d'un tartare extra-frais, avec de petits cubes de melon type cantaloup, lié de ce coulis de melon frais et riche en saveur, sensiblement relevé par les saveurs de ciboulette et tomate confite et enfin un croquant frais de pastèque bien mûre et riche en goût (ce qui n'est pas chose simple à trouver par chez nous). Servi avec des toasts, ce tartare était vraiment une belle réussite pleine d’intérêt et de saveurs.


Je me suis offert un verre de Plan Joyeux blanc frais, avec un rien d'amertume qui fut très plaisant.

Passons aux plats !
Le convive se laissera tenter par le « Tournedos de bœuf rassis sur os à la marjolaine, cannelloni de ratatouille à la ricotta et légumes frits » (avec un supplément de 8.– en menu découverte). Demandée à point, servie telle, la viande est en belle portion et d'excellente qualité, tendre à souhait et de belle saveur. Deux grands cannellonis appétissant servent de piédestal à la viande et un trait de sauce épaisse vient compléter l'ensemble. Enfin, une couronne de légumes en fines juliennes ont été frits et posés en boule sur la viande. Un beau plat qui a comblé l'intéressé.


Et moi, ce sera le Carré d’Agneau dans sa fumée de garrigue, sauce aux herbes et mille-feuilles au parmesan, tapenade et tomates mi sèches ». Une jolie assiette arrive avec une cassolette révélant un joli travail de chef : au fond, une épaisse couche d'herbes surmontée d'une feuille aluminium, ayant servi de fumoir pour un carré d'agneau d'excellente qualité, riche en saveurs, et cuit à la perfection. Un vrai bon jus de viande accompagne cela, corsé et herbeux, comme je les aime et un petit mille-feuilles alternant pâte feuilletée, tapenade, tomate confite et parmesan vient compléter agréablement l'assiette. Du très beau travail pour beaucoup de plaisir.


J'ai dégusté un verre de « Petit Manou », deuxième vin du Clos Manou assemblant cabernet sauvignon, merlot, cabernet franc et petit verdot de très belle facture, riche en bouche, fruité à souhait et très harmonieux.

Nous avons en plus de cela commandé une grande bouteille d'eau gazeuse et avons pu profiter d'un pain simple mais de bonne allure et de belle qualité.


Pour un final en douceur, nous avons choisi deux « Cafés gourmand ». Sur une ardoise se présente, bien entendu, un café, entouré d'un assortiment de verrines fruitées et colorées plutôt appétissantes. Nous aurons dans l'une un jus de pastèque très frais et très riche en goût, un sorbet maison à la fraise et au poivre vert plutôt original et agréable (je pense même que le poivre vert aurait pu être plus franc), une écume à l'abricot et abricotine aérienne, fun mais néanmoins riche en goût et finalement une « mousse de fruits » (c'est ainsi que cela nous a été présenté), qui était une mousse ferme aux baies type mûres ou myrtilles, très plaisante, couronnée d'un petit grué de cacao sur un fond croustillant (sans doute mon coup de coeur dans l'équipe ). Enfin, un petit cornet au chocolat, ma foi très bon avec malheureusement un biscuit juste un peu mou.


Le tout, grâce au passeport gourmand, nous est revenu à environ 113 CHF.

Un mot sur le service, assuré par le patron et un employé, tous deux à l'écoute, discrets et efficaces.

A la Chotte est véritablement un bel endroit où l'on pourra se faire plaisir en tout confort, dans le calme de la campagne sans pour autant s'éloigner de la ville, y trouver confort et gourmandise. Bravo.

Chemin du Village 19
1032 Romanel-sur-Lausanne
Vaud, Suisse