lundi 9 décembre 2013

Rôtisserie Saint-Martin, Lausanne






L'autre jour, en participant à un concours via le site Grenadino, je me vois gagner un prix un peu particulier, un poulet rôti.


Cette particularité provient du concept-même de ce site de concours. Pour rester bref, ce site propose essentiellement un carnet d'adresse, mais sous forme de concours : les enseignes affiliées, souvent nouvelles sur le marché romand, propose de petits prix attractifs et peu coûteux essentiellement pour répandre leur nom : une pub réellement bon marché à contrepartie minime.
Pour boucler de paragraphe «Grenadino », je trouve le concept intelligent et positif.


Retournons à mon poulet. Je reçois tantôt un message me signalant en effet que j'avais gagné ledit volatile dans une Rôtisserie encore méconnue, nouvellement installée en région de centre-ville lausannois, la Rôtisserie Saint-Martin, situé presque droit en-dessous du pont Bessière.


Une petite recherche internet me permet de situer le contexte et la particularité de l’enseigne. C'est en effet une rôtisserie inhabituelle car typiquement portugaise. On peut consommer sur place ou à l'emporter, les cartes variant sensiblement d'une formule à l'autre : le poulet est certes une spécialité, mais on trouvera encore des grillades mixtes, spare ribs ou la si typique picanha à la carte (pour n'en citer que quelques uns) et diverses salades en froid à l'emporter et sur place. On ajoutera, à consommer sur table, un potage, des entrées d'abats, pâtes et autres mets de viande, le tout sur une thématique bien typée. Chaque semaine, une spécialité portugaise est mise en valeur sous forme de plat du jour, des plats typiques et parfois méconnus, toujours gourmands, appétissants et nourrissants.


Je me rends donc ce lundi 25 novembre 2013 à ladite rôtisserie en vue de retirer mon prix. J'avais averti la veille de ma venue, mon poulet sera prêt à temps.


Le lieu ne paie pas de mine. De l'extérieur, c'est très discret, une façade de plus le long d'un bâtiment grisâtre et froid. A l'intérieur, on sent la simplicité et la modernité propre avec un carrelage sombre, des parois jaune ocre et un bar boisé dans lequel reposent, sous vitrages, diverses tapas portugaises, rideaux verts et noirs. Quelques tables en salle, toutes simples, avec au mur une télévision. On devine une vaste cuisine en arrière boutique. Il y a un joli effort sur le cadre, malgré le lieu et l’emplacement peu flatteurs.





Je suis accueilli avec le sourire et on me fait patienter un petit instant pour mon poulet. J'en profite pour discuter avec le patron qui me signale que la rôtisserie possède son double sur Renens, la Churrascaria Mondego. Difficile de se faire une clientèle dans un lieu si peu heureux et avec la nouveauté, une table est prise et je ne peux que constater la générosité des portions servies dans les assiettes, sans oublier de signaler des odeurs qui accompagne le tout. Une cuisine maison, généreuse, goûteuse, cette pas forcément diététique mais qui nourrit son homme, procure du plaisir et à prix doux, tout dans un discours et une mentalité portugais.
Tout chaud sorti du four, le poulet est immédiatement mis dans un papier isotherme que le conservera bien chaud le temps du voyage.
On me propose une sauce en accompagnement. J'avais à l'origine compris qu'ils n'en proposaient qu'une seule, un peu piquante, aux épices, huile, citron que j'ai trouvée bonne mais un peu trop amère à mon goût. Lors d'une seconde visite, il s'avère que j'ai fait erreur : l'une est piquante, l'autre plus douce, composée essentiellement de laurier, ail et citron macérant dans un mélange d'huile et d'alcool qui la rend plus parfumée et délicate. Assurément, d'une semaine à l'autre les saveurs changeront puisqu'elles sont toujours fraîchement préparées et ne suivent pas une recette aux quantités précises.

Bon, trève de bavardages, le poulet et cuit et chaque minute passée atteindra la qualité de dégustation du poulet. On fera donc le voyage assez vite, d'autant que c'est chaud dans la main (bah, non, j'avais rien prévu pour le transporter et je me refuse de mettre de la nourriture au sol) et cela sent fichtrement bon, essentiellement ail et de laurier.



Arrivés à la maison on déballe et on découvre un chaud poulet découpé en quatre, très bien grillé, la peau croustillante, la chair fondante, une cuisson parfaitement homogène qui me fait penser que le poulet a été cuit en papillon sur grill, technique pas forcément complexe mais témoignant d'une connaissance et d'un certain savoir-faire.


Et passées ces considérations extérieures, comment est-il ce poulet ?
Honnêtement, il est excellent. Différent de l'habituel poulet à la broche du boucher du coin (ou de la Migros (...-_-'...), il est parfumé d'ail, de laurier, un peu de paprika et de persil pour les saveurs les plus présentes. Sans doute a-t-il été mariné préalablement mariné et généreusement arrosé durant sa cuisson et il y a du résultat. Il est juteux et parfaitement bien cuit, pas sec pour deux sous en aucun endroit, goûteux, juste tout ce que l'on attend d'un poulet rôti que l'on consomme simplement à la maison, avec une grande salade et quelques frites pour les amateurs. 




Mais à la fin de la dégustation, un point me turlupinais, sans que je parvienne à mettre le doigt dessus. Après réflexion, je réalise que nulle part, ni sur place, ni sur le site internet je n'ai vu de provenance de viande ; et je n'ai pas eu la présence d'esprit de me renseigner à ce sujet.
Je suis très sensible à cela et j'ai beau manger quelque chose de délicieux, si le produit de base est élevé selon des méthodes douteuses et qu'on a l'impression d'avoir ingurgité notre vaccin antigrippal en un repas, c'est pas plaisant.

Qu'importe ! Un petit mail pour remercier de la dégustation et me renseigner sur ce point manquant. David Marques me répond rapidement et m’envoie un détail des provenances de toutes leur viandes. La souris tremblante, j'ouvre le document... il charge....
et là...
je me lève et applaudis : poulet ? Suisse ; boeuf et veau ? Helvètes ; Cabri ? Franco-suisse ; Porc ? Helvético-teutons et cheval : austro-canadiens. Bravo !

Oui bravo car non seulement la clarté est précise et en plus les produits sont bien choisis ! C'est tout à fait exemplaire !

Cette enseigne a tout bon dans son genre car elle propose d'une part une variation des plus plaisantes sur le sempiternel poulet rôti, mais également des mets parfaitement exécutés, simples et goûteux aux accents lusitaniens, ce qui n'est vraiment pas courant en Romandie. Qui plus est, les prix sont très doux au vu du rapport qualité/quantité/plaisir et, pour couronner le tout, le lieu est ouvert 7j./7 et on jouira toujours d'un accueil chaleureux et ensoleillé.

Merci à cette belle équipe à laquelle je souhaite plein de succès !


Rôtisserie Saint-Martin
Rue Saint-Martin 9
1003 Lausanne
Vaud, Suisse